La pollution de l’eau a-t-elle un impact sur son prix ?

Article France bleu Auxerre, du 02/12/2018

C’est le sujet que vous avez choisi lundi dernier sur notre page Facebook. Dans l’Yonne, on paie en moyenne 4 euros pour un mètre cube, dans les zones avec le tout à l’égout. Ce prix comprend la fourniture d’eau potable et l’assainissement. Dont une partie concerne la dépollution de l’eau.

Lire la suite:

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-pollution-de-l-eau-a-t-elle-un-impact-sur-son-prix-1543604653

a écouter:

https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-france-bleu-auxerre/auxerre/l-invite-de-france-bleu-auxerre-14

 

 

ETAIS LA SAUVIN, COMITE DE PILOTAGE

Trois personnes du Collectif de l’eau d’Etais la Sauvin ont eu la possibilité d’assister à la réunion du Comité de pilotage du 18 septembre dernier, et d’y prendre la parole au nom des usagers.
Ce COPIL était très attendu : le compte rendu de l’étude du bassin de captage de notre source commandée en 2014 devait y être donné (étude BAC).
En résumé:
– L’étude du bassin de captage a montré que les sols présentaient une grande « vulnérabilité » dans certaines zones (= pénétration rapide des eaux en surface et vers la nappe phréatique) Cette rapidité de l’écoulement n’est pas forcément une mauvaise nouvelle: les pesticides pourraient s’éliminer, eux aussi, assez vite si nous entreprenons la dépollution.
– Nous avons été déçus d’apprendre que les propositions d’action pour améliorer l’état de la source n’étaient pas inscrites dans cette première tranche dite « ferme » de l’étude BAC, mais dans une tranche « optionnelle », dont la mise en œuvre n’avait pas encore été décidée par les COPIL précédents… Elle était heureusement déjà budgétée par l’Agence de l’Eau Seine Normandie et nous avons demandé sa réalisation. Mais nous devrons attendre le 1er trimestre 2019 pour en avoir les résultats. Il s’agira de propositions d’action sur des zones particulièrement vulnérables, de mesures chiffrées à mettre en œuvre en terme de foncier, de travaux, de plantations, de changements des pratiques agricoles…
– Dans le débat la Mairie, le Collectif de l’eau et l’Agence de l’Eau Seine Normandie ont affirmé leur volonté de s’engager dans ce long travail de dépollution du captage, malgré les réticences de l’ARS.
Mettre cette source en sommeil, mais travailler en même temps à la conserver est d’autant plus important que cette partie de la Forterre est pauvre en ressources en eau …
– Actuellement l’eau qui arrive à nos robinets est potable, puisqu’elle vient du réseau Puisaye- Forterre via l’interconnexion de Treigny, mais le Préfet ne veut pas lever l’interdiction de la consommer… Il considère ne pas avoir de garantie que ce réseau Puisaye- Forterre puisse nous
alimenter durablement et craint que la Mairie décide un jour de rebrancher notre réseau sur notre source polluée…
Or la Fédération des eaux Puisaye Forterre nous a assuré que cette fourniture d’eau était pérenne.
Nous allons rencontrer le Maire, Claude Macchia, pour lui demander de donner à l’ARS les garanties nécessaires à cette levée de l’interdiction.
– Nous allons aussi étudier plus précisément le rapport BAC, organiser une réunion publique pour en débattre avec les Etaisiens et envisager avec eux les actions à venir.

Le Collectif de l’eau d’Etais la Sauvin.

INFO RENTREE

Une nouvelle page à consulter régulièrement sur le site de l’ARS :

https://www.bourgogne-franche-comte.ars.sante.fr/interdictions-de-consommation-de-leau

Dans la rubrique l’Yonne, on y retrouve les divers villages qui subissent, en ce moment, des interdictions totales ou partieles de consommer de l’eau. Pour exemple, Etais-la-sauvin, Bléneau, Lucy sur Yonne qui sont en restriction pour n’en citer que quelques uns.

Double page dans l’Yonne Républicaine du Samedi 1er Septembre 2018 :

Dans le fait du jour : « Leur quotidien sans l’eau du robinet ».

« Huit chiffres pour comprendre la situation des villages privés d’eau potable dans l’Yonne »

https://www.lyonne.fr/auxerre/economie/vie-pratique-consommation/2018/09/01/huit-chiffres-pour-comprendre-la-situation-des-villages-prives-d-eau-potable-dans-l-yonne_12965712.html

Et toujours pour consulter les dernières analyses officielles:

https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable

Lucytoyens:

https://lucytoyens.com

LETTRE ÉLECTRONIQUE DES SERVICES DE L ÉTAT SUR LA QUALITÉ DE L EAU:

http://www.yonne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Edit-Eau/L-Edit-eau-N-1-Ete-2018

INFO LUCYTOYENS

Un Rendez-vous attendu…

Lucytoyens, l’Adeny et l’Adcva, au nom des associations partenaires en phase de finalisation d’une Fédération Citoyenne de l’eau ont été reçues par le Préfet de l’Yonne, Patrice Latron, dans son bureau à Auxerre le 16 Juin pour un entretien de plus d’une heure et demie, en présence de l’ARS et de la DDT.

Lire la suite: UN RENDEZ-VOUS ATTENDU !

COMPLEXITÉ DES RÉGLEMENTATIONS…

l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Avis de l’Anses :  https://lucytoyens.com/2018/06/20/complexite-des-reglementations/

 

FÊTE CITOYENNE DE L’EAU…

Affiche-27-juin

Pour plus d’info : FÊTE CITOYENNE DE L’EAU

Pesticides : audit en Bretagne par un service de la Commission européenne

France 3 Bretagne 06/06/2018

l s’agit d’évaluer les mesures prises par l’Etat afin de mettre en oeuvre la directive de la Commission « sur une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable (Directive 2009/128/CE du 21 octobre 2009) », selon un communiqué de la mission d’audit. « En France, la mission d’audit étudie particulièrement les mesures prises dans le cadre des plans Ecophyto », et a rencontré dans ce but « les autorités compétentes », nationales et régionales.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/pesticides-audit-bretagne-service-commission-europeenne-1490001.html

ÉNERVÉ

Je viens de recevoir ma facture estimative de la SAUR.

Elle est accompagnée d’un feuillet de l’ARS intitulé : « Quelle eau buvez-vous ? »

Les résultats d’analyse (effectuées par l’ARS) signalent que le maxi mesuré pour les pesticides est inférieur à 0,05µg/l ce qui est conforme aux normes, la teneur ne devant pas excéder 0,1µg/l.

La conclusion : « en 2017 les résultats en sortie station étaient conformes ».

Or, nous savons que les analyses effectuées par la SAUR début janvier 2018 étaient largement au-dessus de la norme et donc ABSOLUMENT PAS CONFORMES.

Pour rappel, le 2 janvier 2018 :

Somme des pesticides : 1,088 µg/l

Métazachlore OXA : 0,451µg/l et Métazachlore ESA : 0,558 µg/l

Et nous savons qu’en décembre 2017 l’eau brute était polluée à 5,047µg/l (10 fois la limite de qualité pour l’eau distribuée). Nous avions à ce moment-là alerté la SAUR, l’ARS, le Préfet, l’Agence de l’eau, le tout en pure perte.

Des analyses ont forcément été faites courant décembre par la SAUR, elles ne nous ont JAMAIS été communiquées malgré toutes nos demandes.

L’ARS a été informée par nous des analyses non conformes effectuées par la SAUR en janvier.

La SAUR ne communique t’elle donc pas à l’ARS les résultats d’analyses quand elles sont non conformes ?

L’ARS conclue que en 2017 « les résultats en sortie station étaient conformes ». Mais le 2 janvier 2018 elles ne le sont PAS, et probablement depuis près d’un mois !

Les pesticides qui empoisonnent notre eau sont épandus en automne. Si l’ARS effectuait des analyses en toute fin d’année ou en tout début d’année, elle en trouverait forcément trace.

Mais l’ARS a effectué ses analyses le 15 novembre 2017 (le pic de pollution commence généralement en décembre).

L’analyse suivante sera effectuée le 21 février et il restera de l’ESA : 0,163 µg/l (la conclusion de l’analyse est classique : Analyse non conforme, Présence de métabolites de pesticides. Dans l’attente de l’évaluation sanitaire par l’ANSES,l’eau reste consommable par l’ensemble de la population.)

La SAUR sait très probablement depuis décembre mais en tout cas à coup sûr depuis début janvier qu’elle nous fournit une eau non conforme, mais ne dit rien à personne ?

L’ARS se débrouille pour effectuer ses analyses en dehors des moments de pic de pollution. Elle reste sourde à nos alertes et nous dit que tout va bien.

Et nous continuons de payer et de boire de l’eau non conforme…

Par LUCYTOYENS

ON ACHÈVE BIEN LES CHEVAUX…

Pour rebondir sur l’interdiction partielle qui frappe aléatoirement certaines communes de consommer l’eau du réseau public, étrangement réservée aux femmes enceintes et aux nourrissons de moins de 6 mois (comme Asnières sous bois ou Lucy sur Yonne parmi tant d’autres) selon l’ARS, notre adhérent Claude Macchia, maire d’Etais la Sauvin, vient témoigner (voir courrier ci-dessous) d’une consigne transmise ORALEMENT par cette autorité sanitaire, mettant en garde les personnes âgées également.

 

PESTICIDES : QUELQUES ANNÉES SUPPLÉMENTAIRES…

Depuis le dernier salon de l’agriculture, le monde agricole dit avoir pris conscience des inquiétudes de la société… En attendant, la France se contentera d’appliquer la décision européenne, c’est à dire autoriser le glyphosate pendant encore 5 ans… Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, vient de pousser un coup de gueule courageux hier à l’assemblée nationale

 

 

 

INTERVIEW PESTICIDES DIJON-SANTE.FR

Interview toute récente (3 Mai) que nous a consacré la web tv Dijon-santé.fr à propos des pesticides. Témoignages croisés du représentant de la FNE pour la Côte d’or et du Président de Lucytoyens.   DIJON-SANTE.fr YOUTUBE – PESTICIDES

UN MAIRE SE LÂCHE… ENFIN !

Maurice Bramoullé, maire de Crain depuis un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, ancien conseiller général et vice-président du conseil général de l’Yonne, ancien président du syndicat mixte du canal du Nivernais pour l’Yonne, ancien Président de la Communauté de communes du pays  de Coulanges sur Yonne, etc… nous autorise […]

ARSENAL PREFECTORAL !

CLIQUEZ SUR LES LIENS ACTIFS Comme chacun sait (ou devrait le savoir), l’évènement le plus important depuis que l’homme a marché sur la lune, est la prestation du très regretté René Dumont  lors de sa candidature à l’élection présidentielle de 1974 avait brandi un verre d’eau comme symbole de l’enjeu primordial de l’écologie. Un précurseur […].